Prends  ta  vague

Paradoxalement, le titre du spectacle Pétole ! remue nos imaginaires comme des coques de noix dans une mer agitée. Le thème de la mer entre dans notre quotidien, on apprend des chansons de marins, on se raconte des histoires peuplées d'embruns giflants, on décortique l'étonnant vocabulaire des navires.

 

Après ce nouvel an festif et joyeux, vu de l'extérieur, la semaine de création ressemblait à une mer d'huile. Mais on sent bien que l'introspection silencieuse que demande le processus n'est calme qu'en apparence, surtout quand on parle du drame qui viendra nourrir l'écriture de chacun.

 

Alors on sait que c'est exactement de ça que cette année sera faite : de profondeur et de calme, de peurs, de joies, de rencontres, de vents mauvais et du mouvement efficace d'un équipage rodé.

 

Bonne année ! Chúc Mừng Năm Mới !

Nous sommes en chemin.

Nous avons pris l'avion, le bus, des taxis à 2 et à 4 roues, nous avons enfourché nos vélos, pris des trains, enfilé nos chaussures de randonnée, nous avons dansé, certains ont chaussé leurs nez de clowns, d'autres se sont installés derrière leur appareil photo ou leur caméra, ont saisi leurs stylos, leurs pinceaux.

Alors nous ne saurions rien vous souhaiter d'autre que de beaux chemins pour cette nouvelle année.

Des chemins créatifs, amoureux, caillouteux, sincères et questionnants.

Des chemins pavés de découvertes, de rencontres et de réponses.

 

Alors une belle année 2018 à vous, nos soutiens, nos amis, nos visiteurs, nos familles, nos lecteurs et merci de faire parti du chemin ! 

 

Adélaïde 

 

 

 

Un grand merci à Tom pour ses belles photos et le travail d’homogénéisation qu'il réalise chaque semaine sur les photos des autres membres de l'équipe. Son nom est rarement cité mais il nous est très précieux ! 



Zineb

Zineb nous accompagne, pendant un mois et demi, dans le processus de création du spectacle Pétole ! Grâce à l'enregistrement ci dessous - réalisé par Juliette -, Zineb apporte un éclairage sur sa méthode pour aider les clowns à livrer le meilleur d'eux-même sur le plateau. Bonne écoute ! 

Pétole !

Voici une nouvelle rubrique : « Pétole ! » 

A lui seul, le titre de notre futur spectacle nourrit intensément notre imaginaire. Pour commencer, Jules nous emmène à bord d'un navire par pétole. 

Un voilier, bien droit dans son sillage, avance sans répit à la poursuite du bout de sa route. Ça bouge, ça gite, ça craque, ça veille, ça espère. Ça vit. Un bateau quoi.

 

Et puis un jour pétole. Les espoirs s'envolent, les illusions s'évaporent. La mécanique bien huilée de la vie à bord s'arrête dans un flottement stupéfait et étourdi. Le rythme et le rôle de chacun perd de son sens, et on résiste un peu mais très vite on essaie surtout de ne pas trop subir. Pourtant on se sent bien seul et vulnérable au milieu de cet océan si curieusement inhospitalier. A la merci du ciel, comme lors des pires tempêtes.

On subit donc. Tout d'abord les voiles, privées de la source de leur vitalité, se balancent mollement et claquent. Ça use les toiles, les coutures, les écoutes, et surtout les nerfs de l'équipage. On les affale. Privé de son appui sur l'air et déséquilibré par sa mature devenue inefficace, le bateau commence à se balancer amplement sous l'effet de la houle résiduelle.

 

A bord, tout ce qui en a l'occasion chavire avec fracas. La moindre action demande énergie et concentration, et tout le monde s'épuise. Mais pas moyen de tenir dans sa couchetteCe balancement incessant rend fou, au point de pousser certains à se jeter par dessus bord, pour que ça cesse.

Malgré tout, le navire se calme enfin, et on se retrouve englouti, au milieu de rien, dans une immobilité vertigineuse.

La vie s'organise donc dans cet environnement subitement inadapté. A bord, l'indispensable devient inutile et encombrant, et ceux qui auparavant veillaient aux importantes manœuvres errent désœuvrés. D'autres profitent sans vergogne de ce répit inespéré, comme un répit dans un quotidien jusque là intenable. Tous tentent tôt ou tard de tromper l'ennui : on entretient les voiles et le gréement, on plonge pour débarrasser la coque de ses coquillages, on fabrique des bibelots et du rhum, on chante, on danse, on fait de la musique, on fait la fête... Le cuisinier du bord se surpasse pour mettre du relief dans ces jours qui se suivent et se ressemblent.

 

L'usure générale l'emporte pourtant et les émotions se cristallisent. On rit, on trépigne, on peste, on s'acharne, on s'impatiente, on s'empoigne et on s'embrasse comme jamais. Sur le pont, l'allégresse croise la mélancolie, le désespoir rencontre la contemplation, L'hystérie bouscule l'espérance. Ça virevolte et ça bouillonne, pourtant ça cohabite. Ça cohabite dans cette immobilité si irréelle, qui invite chacun à aller au bout de ses divagations, et de ses craintes.

Alors on attend, on attend... on guette sans les voir venir le moindre signe de changement : une ride sur le miroir de l'eau, une légère baisse de pression sur le baromètre, un cirrus dans un ciel désespérément vide, un scintillement d'étoiles, la venue timide d'une houle de sud ouest... rien à faire. Et ça dure...

 

Voila ce que m'évoque Pétole!  Un équipage plongé dans un univers bouleversant et inattendu, qui le place face à lui-même et fait remonter le plus vivant de chacun.

 

Jules




un lâcher de clowns à Vu Linh

Petit aperçu sonore du lâcher de clowns dans Vu Linh :

A NOTER : pour lire les fichiers audios, nul besoin créer un compte Soundcloud. Cliquez une première fois sur le lien. Un message d'inscription apparaît. Fermez-le et ré-appuyez sur le lien. La lecture se lance. Bonne écoute !

Jean-Paul Lequel et Floramiel

Il était une fois Jean-Paul Lequel et Floramiel qui se rencontraient pour la toute première fois. L'un à l'air grincheux et l'autre un sourire béat.

Ils s'apprivoisèrent lentement en se regardant du coin de l'oeil. Leurs regards se fuyaient puis se rencontraient et leurs sourires avec. Même le grincheux eut envie de rire. Floramiel, rassurée par le rire de son nouvel ami prit ses aises. Ils partirent bras dessus, bras dessous à la conquête du village.


Processus de création

Cette semaine encore, Charly vous parle du processus de création. Au menu ? Du drame ! 

La curiosité les guidait, l'énergie était à son comble. Chaque nouvelle rencontre était prétexte à jouer, à chanter, à danser. Des rythmes musicaux, des paroles de chansons, des danses sortaient de leurs esprits aussi facilement que les mots sortent de la bouche des bavards. Leurs jambes les emmenaient partout où elles le souhaitaient. Floramiel voulait approcher les buffles, Jean-Paul Lequel, armé de son bâton de berger provoqua en duel un petit garçon bien courageux.

Après bien des péripéties, ils rentrèrent chez eux, éreintés, les jambes faiblardes.

Durant ce court mais intense voyage, Floramiel était née.

 

Arrivés à destination, ils ôtèrent leurs petits nez rouges et redeviennent Renaud Faure et Olivia Lapouré. Chouette aventure, ce lâcher de clowns. 

Olivia




Nos visiteurs

En cherchant des interlocuteurs au sein du théâtre francophone à Hanoï, Charly et Soline ont tout naturellement rencontré Marianne Seguin et Quentin Delorme. Ils sont comédienne et metteur en scène. Ils sont arrivés à Hanoï il y a 6 ans où ils ont posé leur valises tout en créant une vie artistique notamment aux « Ateliers de Théâtre de Hanoï », avec du théâtre et de l'improvisation. http://ath.edu.vn

Ils nous ont rendu visite, accompagnés d'autres membres de leur troupe et de leurs familles. Ce fut un plaisir de les rencontrer, d'expérimenter avec eux des jeux et des techniques au plateau et de fêter le nouvel an !

Saint Sylvestre

A NOTER : pour lire les fichiers audios, nul besoin créer un compte Soundcloud. Cliquez une première fois sur le lien. Un message d'inscription apparaît. Fermez-le et ré-appuyez sur le lien. La lecture se lance. Bonne écoute !

Jeudi, la troupe des Ateliers de Théâtre d’Hanoï est arrivée à La Vie Vu Linh. 

Pendant le week-end, nous organisons des ateliers croisés entre eux et l'équipe de Be Clown. Samedi matin, nous décidons ensemble de proposer un spectacle aux invités avant le repas du 31. Manque de chance, les ouvriers travaillent toujours sur la réparation du toit du petit théâtre. Mais on ne se démonte pas pour autant ! Nous préparons un espace pour pouvoir accueillir un spectacle malgré tout !

Dimanche, l'équipe du théâtre nous transmet les bases de l'impro, afin que tout le monde soit prêt pour le soir même. Les thèmes seront lancés sur le vif, après concertation avec le public et les artistes iront à tour de rôle sur scène improviser sur des contraintes différentes à chaque fois. 

Tu et Mi, comédiennes et présentatrices, se chargent de traduire les thèmes choisis par le public du vietnamien au français. 

Parmi ces impros se sont glissés un numéro de clown, un duo de mât chinois-équilibre et des chants par ci, par là. 

Le spectacle se déroule à merveille. On nous avait prévenu que le public vietnamien n'est pas du genre de celui qu'on connait par chez nous. Le silence religieux, c'est pas vraiment leur fort ! Et pourtant, passées les premières minutes, nous sentons une belle attention s'installer. A la fin, on a même le droit à de beaux applaudissements, ce qui n'est pas chose courante ici ! 

Place maintenant au dîner, dans la joie et le plaisir de se retrouver tous ensemble. 

 

Bien avant minuit, la musique s'empare de nous et nous commençons à danser pour ne s'arrêter que bien plus tard... en faisant une pause pour s'embrasser et se souhaiter la bonne année ! 

 

Solène



Télécharger
Be Clown Asie Hebdo n°5
Vous pouvez télécharger ce journal en version PDF... pour le lire hors ligne, pour l'imprimer, pour le partager...
Journal 5 PDF.pdf
Document Adobe Acrobat 4.4 MB

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Nguyen (samedi, 06 janvier 2018 23:50)

    Merci Tom pour ces jolies photos qui nous font rêver .... Et vivre de belles manières cette Aventures clownesque au pay du soleil levant ...
    Merci à vous tous ���

  • #2

    Jef (pôpa de Jules) (lundi, 08 janvier 2018 09:01)

    Il nous vient juste l'idée de vous crier : " BON VENT !! " pour la belle aventure mais il y a quelque chose qui cloche...Ah oui.... Pétole ... L'équipage, heureusement a gardé son sens de l'humour sinon je crois qu'ils m'auraient jeté à l'eau ! Heureusement qu'ils sont clowns.
    On vous embrasse tous autant que vous êtes !

  • #3

    lulu (mardi, 09 janvier 2018 13:37)

    je ne manque pas de vous suivre et de vous lire.
    Belle année à vous tous et belle aventure surtout

  • #4

    Domy (mercredi, 10 janvier 2018 09:50)

    Une très belle année à vous tous. Continuez à nous faire rêver. Tom , mon neveu, tes photos sont magnifique continue à pendre soin de toi. Amitié à tous

  • #5

    Pimi (jeudi, 11 janvier 2018 19:09)

    Bonne année à toute la troupe

  • #6

    Jean-phi (vendredi, 12 janvier 2018 03:19)

    Bonne et heureuse année à toute cette petite troupe de troubadours, continuez de donnez tant de sourire et d'illumination de joie à tous. Et tenez bien la bars de rire bisous matelots